Oeuvre Falret

Troubles de l’alimentation

Anorexie et boulimie sont des troubles du comportement alimentaire.

Troubles de l’alimentation : anorexie et boulimie, Qu’est-ce que c’est ?

La privation ou l’excès de nourriture n’ont pas toujours été considérés comme des pathologies mentales. En effet, au Moyen-Âge et durant la Renaissance, la privation volontaire de nourriture s’inscrit comme un mode de vie ascétique ou l’art du jeûne.

L’anorexie mentale vient du terme anorexia nervosa ou littéralement “manque d’appétit d’origine nerveuse”. C’est une maladie grave qui n’a rien à voir avec le caprice alimentaire.

Elle se traduit par un régime alimentaire strict menant à une perte de poids importante avec l’obsession de maintenir ce poids faible à tout prix. Ce comportement alimentaire s’accompagne souvent d’exercices physiques excessifs, la personne malade se fait vomir pour éviter de grossir ou encore utilise coupe-faim, laxatifs et diurétiques.

L’anorexique est obsédée par la peur de grossir et la peur d’avoir un corps flasque et ne reconnaît généralement pas la gravité de sa maigreur. Ce trouble du comportement alimentaire peut amener à une dénutrition extrême et à une dégradation de l’état général pouvant conduire jusqu’à la mort.

On parle de la triade des trois “A”, à savoir Anorexie, Amaigrissement et Aménorrhée ou absence de règles.

On distingue deux types d’anorexie : l’anorexie uniquement restrictive et l’anorexie-boulimie avec alternance de phase de perte de poids et de prise de poids.

La boulimie est un trouble du comportement alimentaire proche de l’anorexie. Elle comporte certaines caractéristiques semblables à celles de l’anorexie mentale, à savoir une obsession du contrôle de son poids, se faire vomir, prendre des laxatifs pour ne pas grossir, multiplier les exercices physiques.

Cependant, contrairement à l’anorexie, les épisodes boulimiques consistent à engloutir de la nourriture de façon incontrôlée sur des périodes très courtes et en particulier tout ce qui est hypercalorique et fait grossir. Après la crise boulimique, la personne malade ressent un profond malaise physique et psychique avec nausées, vomissements, douleurs abdominales et dégoût de soi-même. S’en suit une restriction alimentaire qui entraînera de nouvelles crises de boulimie.

C’est un cercle vicieux. Il est fréquent qu’une personne atteinte de boulimie ait des antécédents d’anorexie mentale.

Anorexie et boulimie peuvent avoir des conséquences graves pour la santé avec certains effets irréversibles. Tous les organes peuvent être touchés. La personne anorexique ou boulimique peut développer des troubles cardiaques, une perte de densité osseuse, des problèmes rénaux, des troubles digestifs.

Qui est concerné ?

L’anorexie mentale touche principalement les adolescentes de 14 à 17 ans et les jeunes femmes. C’est un trouble psychique essentiellement féminin mais il peut également toucher l’adolescent ou le jeune homme.

Les cas d’anorexie mentale ont fortement augmenté dans nos pays industrialisés au cours de ces dernières décennies avec le culte de la minceur et la course à la performance. Aux Etats-Unis, l’anorexie mentale est la troisième maladie chronique de l’adolescente après l’obésité et l’asthme*.

L’origine des troubles du comportement alimentaire est multifactorielle avec des facteurs biologiques, culturels, sociaux et familiaux. Certains traits de personnalité répondraient aussi plus favorablement à ce type de trouble telle qu’une faible estime de soi ou la tendance au perfectionnisme dans le cas de l’anorexie. Ce sont des troubles psychiques pour lesquels les risques de rechute sont importants lors d’un événement de vie comme une grossesse, un divorce, un décès ou la perte d’un emploi.

*Source : Inserm, dossier d’information « Anorexie »
Auteur : R. Wolf - © ŒUVRE FALRET