Oeuvre Falret

La FONDATION FALRET récompense le lauréat de son appel à projets 2018

Le Conseil Scientifique de la FONDATION FALRET a récompensé, ce mercredi 5 avril, le lauréat de l'appel à projets de recherche "Maladies Psychiques et pratiques de l'accompagnement" 2018.

Pour la 4e année consécutive, la FONDATION FALRET récompense un projet porté sur les pratiques de l’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique. Cette année, la remise du prix s’est déroulée au sein de la Fondation Sisley. Sur 13 projets en lice, le vainqueur a recueilli l’unanimité des voix grâce à son originalité. 
Intitulé « Distinguer les facteurs de réussite de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, du point de vue de l’employeur », il est porté par l’équipe pluridisciplinaire de l’association ALPHA  et de la Mutualité Française Anjou-Mayenne, en partenariat avec le CREHPSY et ICI Angers.

Explicite dans son titre, ce projet vise à mettre en lumière ce que les employeurs pensent de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.
 « Le parcours du combattant par lequel elles doivent passer pour trouver un emploi est bien souvent source de démotivation et de mésestime de soi », a expliqué Denis Leguay, médecin psychiatre au CREHPSY, invité à l’occasion de cette remise de prix. « Qu’est-ce-qui empêche les personnes en situation de handicap psychique de travailler ? Il n’y a aucune raison pour qu’elles soient écartées du monde du travail. C’est un lieu d’échanges, mais aussi d’affects. C’est un champ de la vie extrêmement important ». 
Cette étude sera menée durant un an et vise à terme à lutter contre la stigmatisation de ces personnes.

Annick Hennion, la directrice de la FONDATION FALRET.

Cette cérémonie a aussi été l’occasion de présenter auprès de la communauté scientifique « Clefs d’actions en Santé Mentale », un programme d’études conduit entre 2015 et 2018, réalisé par COMISIS à l’initiative de la FONDATION FALRET, et financé par Humanis.

Premières recherches nationales sur la santé mentale, elles permettent d’approcher avec finesse le fonctionnement des représentations sociales en la matière. L’objectif ? Dégager des pistes de progrès visant la réintégration sociale et professionnelle des personnes en fragilité psychique, au-delà des préjugés.
En effet, la méconnaissance et les idées fausses sur la santé mentale engendrent une stigmatisation des personnes touchées par des troubles psychiques. C’est un opposant sérieux à leur rétablissement et à leur réadaptation sociale. « Clefs d’actions en Santé Mentale » est donc un outil contribuant à lutter contre cette stigmatisation.